Responsabilité sociale des entreprises et compétitivité

Une étude publiée début 2016 et qui permet de prendre du recul par rapport aux enjeux, contraintes et opportunités quant à la mise en place d’une démarche RSE au sein de l’entreprise.

L’écart de performance entre les entreprises qui introduisent des pratiques RSE et celles qui ne le font pas est en moyenne de 13 %.

Les entreprises mettant en place des leviers RSE cherchent à concilier management responsable (envers les clients et fournisseurs, envers les salariés), respect de l’environnement et exigence de compétitivité.

Les entreprises qui mettent en oeuvre un ensemble de pratiques de gestion des ressources humaines associées à des outils de gestion technologique et organisationnelle (certification sur la qualité, actions de formation, outils de travail collaboratifs, etc.) affichent une performance économique d’environ 20 % supérieure à celle des autres entreprises, soit un écart bien plus élevé que pour les autres dimensions RSE.

Pour les PME évoluant au niveau local, la RSE peut être un facteur d’attractivité des territoires sur lesquels elles sont implantées et faciliter le travail en réseau avec d’autres parties prenantes locales. On parle d' »écosystème fondé sur la gouvernance partenariat » qui contribue à créer de la valeur « territoriale » (économique, sociale et sociale).

Plusieurs facteurs peuvent faciliter ou au contraire freiner l’adoption de pratiques RSE dans les entreprises

La taille et le secteur d’activité sont des critères clés. Plus l’entreprise est grande, plus l’implantation des pratiques RSE est forte (en raison notamment des économies d’échelle sur les coûts d’introduction). Les pratiques RSE sont aussi plus diffusées dans certains secteurs comme l’industrie agroalimentaire, les biens intermédiaires et l’énergie

L’appartenance à un groupe ou à un réseau d’entreprises peut encourager la mise en place de dispositifs de RSE, car ceux-ci peuvent servir de liens de structuration entre les entreprises membres de ces groupes ou réseaux.

 

Le type de stratégie de marché choisi par l’entreprise peut aussi influencer l’adoption de la RSE comme élément de différenciation par rapport aux principaux concurrents.

La dimension internationale – y compris intra- européenne – du marché de l’entreprise. Le fait d’opérer sur un marché international peut influencer la probabilité de mettre en place des dispositifs RSE. Les entreprises qui sont sur des marchés en pleine croissance ou dont la part de marché s’accroît seront plus enclines à déployer des dispositifs RSE.

La réorganisation de l’entreprise, par « l’existence ou pas d’une restructuration financière » et par « la délocalisation d’une partie de l’activité de l’entreprise à l’étranger » est également considérée comme déterminant potentiel d’adoption de la RSE.

Les pratiques RSE sont complémentaires et interactives. Elle deviennent ainsi une composante du capital organisationnel des entreprises.

La RSE peut être une opportunité de repenser l’organisation de l’entreprise dans un écosystème économique et social élargi où les modes de « gouvernance partenariat » des relations interentreprises, grandes et petites sont également un atout….

Pour aller plus loin :

Etude/stratégie.gouv.fr

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s